Qu’est-ce qui fait un super Scrum Master ?

Scrum est une méthode agile de gestion de projet qui vise à améliorer la productivité d’une équipe et qui promeut un environnement où tous les membres de l’équipe contribuent pour apporter de la valeur au client.

Scrum offre donc un cadre clair sur la base des principes de la transparence, associés à une inspection continuelle et à l’adaptation aux changements rencontrés.

Dans la méthodologie Scrum, nous dénombrons trois rôles (i.e., Product Owner, Development Team et Scrum Master), mais cet article vous dressera le portrait du (super) Scrum Master.

Un Scrum Master est une sorte de coach qui ne lésine ni sur son enthousiasme ni sur son dynamisme pour guider une équipe vers la réalisation de ses objectifs.

 

Quelles sont donc les qualités qu’un Scrum Master doit avoir ?

 

1. Coaching skills

Ferme, mais diplomate, le Scrum Master est à l’écoute de son équipe et est le garant de la méthodologie Scrum sur le projet.

C’est un « facilitateur » qui améliore l’organisation au sein de son équipe et cherche à lever les obstacles que l’équipe rencontre. Il anime (dans toute la bonne humeur qui le caractérise !) le daily meeting qui lui permet de mieux identifier les obstacles auxquels se heurte l’équipe et d’avoir une vision globale sur l’avancement des Sprints. Un bon Scrum Master fait de cet évènement l’occasion de prioriser les problèmes et de faciliter leur résolution, et apporte sa perspective pour aider son équipe à être motivée et solidaire.

 

2. Capacité à laisser les équipes s’auto-organiser

Le Scrum Master n’a pas vocation à diriger une équipe ou avoir des solutions, il laisse son équipe s’auto-organiser, favorise son autonomie et cherche à la responsabiliser sur la gestion des obstacles. Il sait que l’auto-organisation mène à la réalisation des objectifs d’une meilleure façon. Il remplit donc son rôle de guide, aide à l’auto-organisation, forme l’équipe mais sait devenir dispensable.

 

3. Maitriser l’art de la conversation

Un bon Scrum Master sait écouter activement et se concentre sur celui qui prend la parole. Il sait accueillir les feedbacks des membres de l’équipe, reformule et synthétise les idées exprimées.

Il pose aussi des questions courtes et concises invitant à l’introspection, et laisse l’équipe explorer différentes options et possibilités.

 

4. Team-oriented thinking

Le Scrum Master œuvre pour l’excellence collaborative, et améliore la synergie d’équipe : il crée une dynamique positive et aide l’équipe à avoir des interactions de qualité. Il promeut l’esprit d’équipe et la cohésion et sait qu’une dynamique d’équipe positive permet l’atteinte de performances exceptionnelles.

Il peut aussi s’inspirer de la théorie de cohésion de groupe de Tuckman (The forming-storming-norming-performing model of group developement, Bruce Tuckman, 1965) pour mieux gérer une équipe et améliorer sa productivité. Cette théorie a pour but d’aider à comprendre comment les membres d’une équipe interagissent grâce à un schéma constitué de 4 étapes : forming, storming, norming, et performing, soit formation, tension, normalisation et exécution.

Schéma du modèle :

Selon ce modèle, le début est marqué par la formation d’une nouvelle équipe qui apprend à se connaître, ensuite vient la période de tension qui crée des liens par la suite (puisqu’elle permet d’identifier les problèmes et d’œuvrer à leur résolution), suivie de la normalisation qui marque la stabilisation, la résolution des conflits et la création d’une dynamique positive. Enfin, vient l’exécution qui marque une nette amélioration de la performance de l’équipe. Tous les collaborateurs sont motivés et plus enclins à travailler ensemble pour atteindre leurs objectifs de la meilleure façon possible.

 

5. L’empathie ou l’art de se mettre dans les chaussures de l’autre

L’humain, la sympathie et l’empathie sont autant de qualités qui sont d’une grande utilité au Scrum master. Pour assurer sa fonction de coach, il doit avoir un arsenal de « soft skills » comme la diplomatie, la pédagogie et l’humilité.

Il est « au service des autres », facilite l’échange au sein des équipes, privilégie les dynamiques collaboratives et crée des relations positives qui lui permettent de faire fonctionner les principes de la méthodologie Scrum à différents niveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*